Emmaüs Europe

Solidarité Ukraine : Un nouveau centre social pour échapper à la guerre et à la pauvreté

Le 6 janvier, les compagnons, amis et partenaires d’Emaus Oselya se sont réunis pour l’inauguration du nouveau centre d’aide “Olesya Sanotska” à Vynykky, Lviv, Ukraine.  

Cela ressemblait presque à un miracle de se tenir devant un bâtiment qui n’était qu’un trou dans le sol il y a moins de cinq mois. De nombreuses personnes ont fait des efforts incroyables pour construire cette maison dans les plus brefs délais, avec une invasion russe et une guerre totale toujours présentes. La personne clé de ce processus est la responsable de la communauté d’Emmaüs Olesya, Natalia Sanotska, sœur d’Olesya Sanotska, la défunte fondatrice de la communauté d’Emmaüs Oselya. Natalia a veillé à ce que chaque petit morceau de ce bâtiment de 400 m2 trouve sa place. Ce projet est un excellent exemple de ce qui se passe lorsque le mouvement Emmaüs, une entreprise de construction privée, le conseil municipal et diverses ONG, paroisses et églises s’unissent pour un objectif commun.   

“Tout le monde peut devenir sans-abri”, a déclaré Leonid Melnyk, directeur général et propriétaire de l’entreprise de construction Rial à Lviv, dans son discours lors de l’inauguration. En cinq mois seulement, lui et ses ouvriers ont achevé la construction du centre, malgré la guerre et parfois une pénurie de matériaux de construction. Leonid travaille dans le secteur de la construction depuis plus de 40 ans, mais ce projet est celui qui lui tient le plus à cœur et dans lequel il a mis tout son cœur et toute son âme.  

Certains d’entre nous avaient eu des doutes quant à la réalisation d’un investissement aussi important dans un pays en guerre, mais pourquoi attendre ? C’est maintenant qu’ils ont le plus besoin du centre.  

Un quart de la population ukrainienne a quitté sa maison. Beaucoup d’entre eux sont partis dans les régions occidentales du pays, comme Lviv. Ce nouveau centre sera un lieu de rencontre unique pour de nombreuses personnes déplacées à l’intérieur du pays et pour les sans-abris. C’est une possibilité d’accueillir les gens avec dignité. Je suis fière que nous ayons réussi à construire quelque chose de nouveau alors que les régions de l’Est du pays souffrent des missiles russes et sont en ruines.   

Natalia et ses compagnons de la communauté Emaus Oselya commenceront à accueillir les sans-abris et les personnes déplacées dans le nouveau centre au milieu de ce mois, en proposant des services tels que des douches, des conseils médicaux et sociaux, un coiffeur et une blanchisserie. Il y aura également une petite cafétéria et une boutique gratuite de vêtements.  Dix lits seront également disponibles pour ceux qui ont besoin de passer quelques nuits pour se reposer sur la route de l’exil.  

Je tiens à remercier tous les groupes Emmaüs d’Europe qui ont contribué au Fonds pour l’Ukraine. Je suis fière, impressionnée et reconnaissante qu’avec Emaus Oselya et leurs partenaires, nous ayons pu mener à bien ce projet. Aider les personnes dans le besoin est naturel pour Emaus Oselya. C’est ce qu’ils font depuis plus de 14 ans maintenant dans un petit centre d’accueil de jour, mais construire une maison en pleine guerre, c’est quelque chose d’extraordinaire. Seules des personnes remarquables pouvaient être assez courageuses pour réaliser un tel projet en si peu de temps.   

Que cette maison soit l’endroit où les personnes perdues trouveront un nouveau sens à leur vie, où les personnes fatiguées pourront retrouver de l’énergie et laver leurs problèmes sous la douche – au moins pour un temps. Que ce centre soit un lieu de rencontre où des miracles se produisent et où les gens retrouvent l’espoir et la foi en l’avenir.   

Lors de l’inauguration, Leïla Thouret, Jean-Philippe Légaut et Carina Aaltonen représentaient le bureau d’Emmaüs Europe, et Eve Poulteau et Emmanuel Rabourdin représentaient le secrétariat d’Emmaüs Europe. Zbigniew Drazkovsky d’Emmaüs Lublin était également présent en tant que partenaire de longue date d’Oselya.  

Aperçu du Centre social sur notre page instagram
@emmauseurope

 

Par Carina Aaltonen 

Actualités Ukraine

Retour aux actions militantes avec les Emmaüs des Pays-Bas !

Ces derniers temps, les groupes Emmaüs des Pays-Bas agissent davantage ensemble et localement pour sensibiliser le public à différentes questions (migrations, surconsommation) et avec différents partenaires (extinction rébellion, Dutch design week, etc.). 

Ce mois-ci, nous rencontrons la nouvelle déléguée nationale pour les Pays-Bas, Yvette Gumbs, pour qu’elle nous raconte tout ça. 

Bonjour Yvette, votre dernière action a eu lieu la veille de la Journée internationale des migrants, pouvez-vous nous en dire plus ? 

Le nombre de sans-papiers aux Pays-Bas est estimé entre 25.000 et 58.000 personnes. Il s’agit souvent de demandeurs d’asile qui ont épuisé tous les recours légaux ou de personnes dont le permis de séjour a expiré. La plupart vivent aux Pays-Bas depuis plus de 20 ans. En raison de leur statut, ils vivent avec de nombreuses insécurités. Par exemple, ils ne savent souvent pas s’ils auront assez à manger, un toit sur la tête ou un accès aux soins de santé. En outre, ils courent le risque d’être exploités. Les enfants nés ici n’ont aucune vision de leur avenir et vivent une vie dans l’ombre, sans espoir, car ils n’ont pas de papiers. 

De nombreux sans-papiers ont été affectés par la crise du corona virus. Par exemple, ils ont perdu leur emploi dans les entreprises de nettoyage ou dans l’hôtellerie. Comme ils n’ont pas droit aux allocations ou à l’aide de la banque alimentaire ils ne savent souvent plus comment se procurer de la nourriture. 

Nous avons mis en place une sorte de guérilla avec toutes les antennes Emmaüs néerlandaises. Toutes les branches ont mis de côté des vêtements, des chaussures et des fournitures scolaires, qui ont été apportés à Amsterdam le vendredi 16 décembre par les chauffeurs. Nous avons été autorisés à utiliser gratuitement une église d’Amsterdam pour y installer un pop-up store gratuit pendant une journée. 

Le samedi 17 décembre, nous avons monté ensemble le pop-up store et distribué des articles gratuitement, notre slogan était : donnons une voix à tous les sans-papiers le samedi 17 décembre à Amsterdam ! 

L’idée était également de dire que nous faisions notre part en accueillant les migrants et et que le gouvernement devrait faire de même. 

L’action a été très réussie, les groupes Emmaüs ont apprécié de travailler ensemble et cela a donné de la visibilité aux positions et actions d’Emmaüs. Nous avons même reçu un email de la municipalité d’Amsterdam nous disant qu’ils étaient reconnaissants pour notre action. 

 

Les Pays-Bas ont d’ailleurs connu récemment des développements assez importants concernant les droits des migrants et la reconnaissance de l’impact de la colonisation néerlandaise… 

En octobre, un tribunal a jugé que les Pays-Bas ne respectaient pas les normes internationales et a déclaré que le gouvernement devait veiller à ce que chaque demandeur d’asile ait accès à un toit, de la nourriture, de l’eau et des installations sanitaires. Le tribunal a également ordonné à l’État de prendre des mesures immédiates. 

Mais l’État et l’agence d’accueil des réfugiés ont fait appel, arguant qu’ils avaient besoin de plus de temps pour se mettre en conformité. La cour d’appel a maintenant statué en leur faveur.  

Néanmoins, la cour d’appel a également déclaré que l’État néerlandais avait fait une distinction illégale entre les réfugiés d’Ukraine et les demandeurs d’asile d’autres pays. « Les deux groupes fuient la guerre et la violence et aucune différence ne devrait être faite dans l’accueil de ces groupes », a déclaré la Cour. « L’État doit donc traiter ces groupes de la même manière ». Les réfugiés d’Ukraine ont été admis aux Pays-Bas sans passer par les procédures d’asile et ils sont autorisés à travailler directement. 

Parmi les actions positives du gouvernement néerlandais, le Premier ministre Mark Rutte a présenté en décembre des excuses au nom de son gouvernement pour le rôle historique des Pays-Bas dans l’esclavage et la traite des esclaves. Les Pays-Bas vont créer un fonds de 200 millions d’euros destiné à financer des initiatives visant à remédier à l’héritage de l’esclavage aux Pays-Bas et dans ses anciennes colonies et à promouvoir l’éducation sur cette question. 

Au XVIIe siècle, les Pays-Bas étaient l’un des pays les plus riches du monde, et leur croissance économique reposait en grande partie sur le commerce des esclaves. “Nous, qui vivons dans le monde d’aujourd’hui, devons reconnaître les méfaits de l’esclavage dans les termes les plus clairs possibles et le condamner comme un crime contre l’humanité”, a déclaré M. Rutte. 

 

Les groupes Emmaüs aux Pays-Bas sont également actifs sur le thème de la mode jetable et de la surconsommation ; peux-tu nous donner quelques exemples d’actions et de partenariats ? 

Il est de notoriété publique que l’industrie de la mode est la deuxième plus polluante au monde. Nous achetons 60 % de vêtements en plus qu’il y a 15 ans et nous les portons deux fois moins longtemps. 

Les consommateurs considèrent les vêtements bon marché comme pratiquement jetables, les estimations suggèrent qu’ils sont jetés après seulement sept ou huit utilisations. Rien qu’aux Pays-Bas, 240 millions de kilos de textile sont gaspillés chaque année. 

Favoriser la réutilisation et la réparation des vêtements est l’un des projets de sensibilisation majeur d’Emmaüs. Nous le faisons bien sûr en vendant des vêtements de seconde main et en essayant de trouver des partenariats pour cela.  

Emmaüs Bilthoven, par exemple, récupère des matériaux que des stylistes peuvent utiliser pour créer une nouvelle mode durable. L’année dernière, un designer a utilisé toutes nos cravates pour concevoir de nouveaux sacs.  

Le jeudi 24 novembre, Emmaüs Haarzuilens a organisé une campagne autour de la surproduction et de la surconsommation de textiles. La veille du Black Friday, des personnes se sont retrouvées dans le centre d’Utrecht dans une tente de fête avec des bannières, des prospectus et une pile de vêtements. Le public était encouragé à choisir des vêtements gratuitement avec le slogan ” tout est déjà là, vous n’avez vraiment pas besoin d’acheter quelque chose de neuf ! “. 

Il s’agissait d’une action conjointe avec Extinction Rébellion, un mouvement décentralisé, international et politiquement non partisan qui utilise l’action directe non violente et la désobéissance civile pour persuader les gouvernements d’agir avec justice face à l’urgence climatique et écologique. 

Extinction Rébellion a également aidé notre action de soutien aux sans-papiers à Amsterdam en distribuant les vêtements restants de l’action Anti Black Friday. 

Pendant la Dutch Design Week 2022 à Eindhoven, plusieurs groupes Emmaüs ont participé à l’exposition Manifestations dans le bâtiment Veem. Outre Emmaüs Eindhoven, des groupes Emmaüs d’Utrecht, Bilthoven, Wageningen et Tegelen ont également apporté leur contribution et leur aide. La Dutch Design Week réunit de nombreux designers et l’utilisation de matériaux usagés ou recyclés y est largement représentée.   

Emmaüs Pays-Bas souhaite encourager les artistes à utiliser ces matériaux et à donner leur point de vue sur la durabilité dans notre société. Nous voulons mener des actions plus actives et avons donc mis en place quelques groupes de travail qui se réunissent pour discuter de nouvelles actions. Je pense que ces actions communes nous rendent plus forts pour sensibiliser le grand public à ces questions très importantes et pour faire savoir ce qu’Emmaüs représente.  

Cela nous aide également à inciter les jeunes générations à devenir bénévoles à Emmaüs. 

 

Actualités Pays-Bas